En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Vœux d’Hollande aux Armées : un exercice de grande hypocrisie

Vœux d’Hollande aux Armées : un exercice de grande hypocrisie

Le 6 janvier 2017

« Les Français croient être protégés et ne le sont plus. Les armées françaises n'ont jamais été autant déployées et elles n'ont jamais été aussi fragiles ». Cette citation du Général Desportes dans son livre La dernière bataille de France illustre la détresse dans laquelle se trouve notre armée.
                                                                      
François Hollande s’est aujourd’hui livré à un exercice de communication politique d’une grande hypocrisie. En plus de subir les lamentables erreurs géopolitiques des gouvernements successifs, notre armée est devenue une variable d’ajustement budgétaire depuis trop de quinquennats : la baisse des crédits a été couplée à des coupes drastiques dans les effectifs (-40.000 postes entre 2007 et 2012 sous Sarkozy/Fillon, -19.000 postes entre 2012 et 2015 sous Hollande/Valls). A ce rythme, combien de temps encore la France conservera-t-elle sa dissuasion militaire et sa capacité de projection pour les opérations extérieures ? Un tel précipice entre la parole et les actes de François Hollande met en danger nos militaires.
 
Contrairement à ce qu’ils prétendent, ce ne sont pas ceux qui ont affaibli notre Défense nationale qui pourront la redresser demain. L’armée française a le couteau sous la gorge, il faut lui donner les moyens de faire face aux nouvelles menaces qui se multiplient. C’est pourquoi je défends :

- Une forte augmentation du budget de la Défense pour atteindre 2% du PIB hors pensions en 2022 ;

- Le recrutement de 50.000 soldats sur la durée du quinquennat pour rattraper le retard pris entre 2007 et 2015 ;

- La mise en place d’une vraie stratégie pour notre industrie de Défense (avec notamment le lancement de la construction d’un second porte-avion).
 
Mais la Défense nationale ne se résume pas seulement à des moyens financiers, c’est aussi la considération que l’on peut avoir pour ces femmes et ces hommes qui servent la France au péril de leur vie : épuisement dû au manque d’effectifs face à la sur-mobilisation, sous-équipement, retards honteux dans le versement de leur solde, etc. C’est pourquoi je serai intransigeant quant à l’amélioration des conditions de vie de nos militaires et au respect du versement de leur salaire.

 
Enfin, il n’y a pas de politique étrangère qui vaille sans une politique de Défense indépendante au service des intérêts de la Nation : c’est pourquoi je défends la sortie de l’organisation militaire intégrée de l’OTAN. La grandeur d’un pays passe avant tout par la reconquête de sa liberté.

 

Nicolas Dupont-Aignan

Président de Debout La France

Député de l’Essonne

Candidat à l’élection présidentielle


Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !