En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Intervention des Etats-Unis en Syrie : pour une conférence de paix !

Intervention des Etats-Unis en Syrie : pour une conférence de paix !

Intervention des États-Unis en Syrie

Dans la nuit de jeudi au vendredi 6/7 avril, la marine américaine à tiré plusieurs  missiles de croisière (59 selon la Maison Blanche) sur des installations militaires du gouvernement syrien. Il est très difficile de savoir :

- l'exacte implication de Bachar El Assad et la gravité de l'usage de gaz en Syrie ; en effet il a fallu attendre des années pour que les suspicions de Mme del Ponte, procureur à la CPI sur l'utilisation par la rébellion et Daesh de gaz neurotoxiques soit confirmées (et encore non officiellement),

- l'étendue des dégâts causés par ces frappes US au régime syrien.

Nicolas DUPONT-AIGNAN comprend et partage l'émotion de l'opinion publique et du Président américain sur ce drame. Il demande au Gouvernement français de porter assistance aux victimes. Il souhaite qu'avant toute décision hâtive voire dangereuse pour la situation internationale, une Commission d'enquête de l'ONU puisse très rapidement établir les faits. Il en appelle à une conférence de paix enfin efficace associant, comme à Astana, les belligérants, mais aussi les pays limitrophes, les USA, la France et le Royaume Uni.

Il rappelle aussi que l'ennemi premier demeure l’État islamique qui assassine massivement des civils innocents et des enfants par dizaines de milliers du seul fait de leur appartenance ethnique ou religieuse, ou leur vente comme esclaves.

Enfin et surtout il rappelle que la crise du Moyen Orient est toujours aujourd'hui la conséquence des Traités postérieurs au Traité de Versailles qui ont établi des frontières absurdes, contraires aux réalités et volontés  des peuples et des religions. Il est hors de question de répéter ces tragiques aberrations: la Syrie et l'Irak de demain ne devront pas imposer, aux peuples de la zone, des frontières qui les scindent, ou qui les obligent à cohabiter, contre le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes.


Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !