En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Le Figaro : Dupont-Aignan dénonce "une russophobie France"

Le Figaro : Dupont-Aignan dénonce "une russophobie France"

Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France et candidat à l'élection présidentielle, a dénoncé aujourd'hui "une russophobie ahurissante en France", estimant aussi que François Hollande "a été lamentable" concernant la situation en Syrie.

"Il y a une russophobie ahurissante en France. Je ne suis pas un soutien de Poutine, je demande juste que la France ait une politique indépendante des Etats-Unis", a déclaré M. Dupont-Aignan sur iTELE. "Si la France n'avait pas armé les rebelles, les armes ne se seraient pas retrouvées à l'Etat islamique. Si la France n'avait pas cautionné l'armée syrienne libre, soi-disant libre, on n'en serait pas là". Pour sortir de la situation dans laquelle se trouve la Syrie, "il faut que la France joue son rôle", a-t-il plaidé. "On a une responsabilité étonnante et il faut le reconnaître, dans cette affaire, François Hollande a été lamentable du début à la fin".

"On aurait dû être un acteur. Et quand on est présent, on peut modérer les uns et les autres", a argumenté le candidat à la présidentielle. "Pourquoi personne n'arrive à freiner Assad et Poutine ? Parce qu'on a soutenu des gens infréquentables, qui sont des assassins et des djihadistes, et qui ont été nous massacrer en France. Et donc on voit bien qu'on a laissé le champ-libre à Poutine. Alors au lieu d'attaquer Poutine en disant le méchant, on devrait se poser la question de savoir pourquoi on lui a laissé le champ libre et pourquoi aujourd'hui c'est un champ de ruines avec des drames humanitaires".

Il a également estimé que le président syrien Bachar al-Assad "bien évidemment" devra s'assoir à la table des négociations. "Il est le chef d'Etat de la Syrie. Et c'est pas lui qui a massacré des Français, c'est pas lui qui a massacré des chrétiens d'Orient. Et donc il est à la table, comme on va mettre à la table l'Arabie saoudite (...). Dans la vie politique internationale, qu'on le veuille ou non, on négocie avec ceux qui sont là".




Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !